Lettre de réanimation

Des sujets, des réflexions, des idées, des projets !
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Contours du jour qui vient

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Réanimateur Vixoun'

avatar

Masculin Nombre de messages : 512
Age : 30
Date d'inscription : 02/11/2006

MessageSujet: Contours du jour qui vient   Dim 31 Déc - 3:31

Sur le même principe, je vais vous livrer des passages de ce livre, écrit par Léonora Miano, qui a reçu le prix Goncourt des Lycéens cette année...en 2006.
C'est un cadeau de Noël que j'ai dévoré. J'avais un peu peur, avec la banderole rouge "prix Goncourt", mais c'était un préjugé ! Et oui ! Nous en avons tous même si certains d'entre nous ne les écoutent pas. Et j'ai bien fait : le livre est excellent !

Il parle de la situation de la femme en Afrique. L'histoire se passe au Mboasu, un pays imaginaire exsangue* par la guerre. Je ne vous livrerai pas plus de détail sur le récit, ce n'est pas mon but, mais des passages forts et qui peuvent, plus ou moins, se passer du contexte du livre.

*Je ne connaissais pas ce mot, pourtant si parlant et fort joli. Exsangue signifie "qui a perdu beaucoup de sang". Au sens propre, c'est un terme de médecine ; au sens figuré, c'est un terme plutôt littéraire et parfois journalistique.


Léonora Miano a écrit:
« J'ai une cousine qui s'appelle Welissane. Elle a fait la France ». C'est comme ça qu'elles disent toutes, pour parler de ceux qui ont voyagé hors des frontières du continent. C'est comme si l'Occident était une grande guerre à laquelle ne survivaient que les plus méritants.
Belle définition de l'Occident. Malheureusement, la valeur d'une personne, son mérite, et trop souvent confondu avec la valeur de son portefeuille (d'actions ?). C'est un autre débat.
Et oui, les problèmes ne sont pas qu'en Afrique. Bien que sur l'échelle de la misère sociale (l'échelle Seillière...c'est ironique, bien sûr !), l'Afrique ait quelques échelons d'avance. Ne t'inquiète pas Afrique, doucement, mais sûrement, nous te rattraperons.



Léonora Miano a écrit:
« Elle avait les yeux qui lui disaient mouf dé
Léonora Miano a écrit:
« On nous traitait comme des esclaves et nous dormions toutes les deux dans une vieille case en carabote »
Je cite ces deux passages pour le vocabulaire qu'ils apportent.
Mouf dé et carabote sont des mots utilisés au Cameroun, dans une langue appelée pidgin english. En effet, ces mots sont issus de l'anglais par déformation de prononciation.
Saurez-vous retrouver quels mots anglais se cachent derrière mouf dé et carabote ? C'est très dur, même en ayant la définition des mot en camerounais.

Mouf dé : Invites à aller voir ailleurs. En français, on dirait "dégage", "bouge", "va-t'en".
Carabote : Qualifie un habitat pauvre et précaire, non pas en carton (c'est un indice !), mais en contreplaqué.

Les solutions sont à la fin de l'article.



Le passage suivant m'a particulièrement fait frisonner d'horreur.
Léonora Miano a écrit:
[Il y avait] un trou qui gardait l'eau, l'aidant à croupir. Des crapauds y venaient.[...] Je les attendais patiemment et en capturais un parfois, du plat du pied fermement posé sur sa tête. j'aimais sentir le froid de leur peau de batraciens et la vaine agitation par laquelle ils espéraient se sauver. Ils restaient longtemps à bouger les pattes arrière, que je regardais tressauter sous la plante boueuse de mon pied. Il m'arrivait de les relâcher, pour les voir s'en aller étourdis vers une destination indéterminée, tanguant comme des pochards, incapables un moment d'effectuer leurs sauts.
A d'autres occasions, selon mon humeur, je les enfouissais entiers sous mon pied, jouissant de les tenir en mon pouvoir, mue par le désir irrépressible de mettre fin à leurs jours. Je les écrasais alors, m'appuyant de tout mon poids sur leur existence fragile, et la sensation des viscères et du sang qui s'échappaient de leur corps m'instruisait sur la réalité de ma puissance. Ils mourraient et je vivais.
Mes amours, mes grenouilles ! pale
grenouille C'est tellement plus mignon quand c'est vivant. Et c'est vrai pour l'intégralité de l'arbre de la vie, du protiste au tyranosaure, en passant par les moustiques et les serpents...je ne rigole pas !

Sur la forme, nous remarquerons que l'adjectif arrière est invariable.
Sur le fond, je n'ajouterai rien.



Léonora Miano a écrit:
[...] Je les ai vues peu à peu disparaître pour devenir ce qu'on attendait qu'elles soient : des mortes vivantes. Comme tous les zombis, elles serviraient leurs maîtres sans qu'ils aient à craindre la moindre rebuffade.[...] Je suis une ombre par la force des choses, puisqu'elles déteignent sur moi, imprimant sur mes jours la non-vie dans laquelles elles se noient.
Sorti de son contexte, ce passage peut paraître obscure. Je ne prendrais pas le temps d'expliquer le pourquoi du trépas intellectuel et spirituel de ces femmes, mais je vous invite à lire le livre. Smile
Cependant, je me demandais si l'île de Ré n'avait pas contre-attaqué face aux actions menées par la secte Anti-Ré. Car la non-vie est un attribut de la non-île...
Plus sérieusement, même les gens de Ré ont encore du chemin à parcourir avant d'atteindre un tel niveau de réification (alors, ça ! c'est fou !...).


Sur la même page, on peut lire
Léonora Miano a écrit:
Tu n'es rien pour moi, que le trou par lequel j'ai dû me faufiler pour arriver sur terre... Où te trouves-tu maintenant, mère ?
C'est folâtre comme roman.



Léonora Miano a écrit:
Ils disent que c'est notre culture, cette soumission à l'immédiateté, cet abandon au besoin primaire. Ensuite, ils disent que c'est la faute des autres si nous sommes sous-développés.
"Ils" est ici utilisé dans le sens du dictionnaire réanimé.
Si l'autrice prend parti, je ne me permettrai pas de faire de même, vu ma culture misérable en Histoire africaine. Je cite seulement pour ouvrir le débat et amener à s'informer.



Léonora Miano a écrit:
Les gens vivent côte à côte par une habitude plus grégaire que solidaire. C'est cela que nous appelons les valeurs ancestrales de notre peuple : la solitude de groupe.
Je cite ce passage surtout pour la dernière expression, très belle.
Mais comme pour l'extrait précédent, je n'oserai me prononcer sur la véracité de ces dires.



Léonora Miano a écrit:
Certains [enfants] se retournent. [...] Les cailloux qu'ils lui lancent avec leurs frondes la manquent. Elle sort pour ramasser les petits cailloux blancs et les aligne avec d'autres, une quantité d'autres qui forment une figurine posée à plat sur la terre noir du fond de la grotte [...]. Elle me regarde, l'oeil rieur, et me dit : « Ils ne savent même pas viser ». [...] Elle s'approche de la figurine, et désigne les cailloux : « Voici les pierres de la lapidation, le rejet, l'injustice. Tout cela n'est plus rien qu'une forme sur le sol, que j'ai parfois plaisir à contempler en me disant : Tu es puissante, femme, puisque tu peux désamorcer la haine pour en faire cette figure inoffensive et attachante. Je regarde ces cailloux blancs, et je suis en paix. je suis entière » [...] Nommer la douleur pour pouvoir la chasser.
Belle leçon de grandeur, de profondeur. C'est l'hégémonie de la maîtrise de soi qui nous est présenté ici.



Et pour finir (qui a dit "enfin" ?)
Léonora Miano a écrit:
« Tu te souviendras de moi, n'est-ce pas ? Je m'appelle Musango. Je penserai souvent à toi. Merci de m'avoir connue »
« merci de m'avoir connue »...que dire de plus. Quelles paroles ! Quelle humilité ! Ce sont des mots d'une beauté rare.



Au fait : mouf dé vient de l'anglais move there ; carabote vient de l'anglais cardboard.

study Référence exacte :
Contours du jour qui vient, édition Plon 2006, Léonora Miano
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://reanimation.discutforum.com
 
Contours du jour qui vient
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» tradition du jour de l'An
» Qui fête Noël ou le jour de l'an à Disney ?
» D'où vient l'expression ?
» Offre voyage-prive.com séjour à -55% dès le 22/06
» Billet 1 jour/2 parcs à 19 euros pour 5 personnes grâce à Velouté !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lettre de réanimation :: Réanimation de Littérature - Reanimación de Literatura :: Réanimateur de Lecture-
Sauter vers: