Lettre de réanimation

Des sujets, des réflexions, des idées, des projets !
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Plathon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
snarkhunter



Masculin Nombre de messages : 72
Age : 52
Où est-ce que t'es ? : Dans la région-parisienne-de-France
Date d'inscription : 08/03/2010

MessageSujet: Plathon   Jeu 6 Mai - 15:39

Mot inventé
Nom propre, masculin


Le Plathon, contraction des mots "Platon" et "marathon" (donc un mot-valise), est un programme télévisuel de plusieurs heures, dont le but est de recueillir des fonds pour venir en aide aux philosophes nécessiteux.

Termes et expressions dérivés :
Amour plathonique : attachement pour un philosophe. Si celui-ci professe la doctrine sceptique, cet attachement n'est pour ainsi dire jamais payé de retour.

Discuter à plathons rompus : argumenter sans fin pour déterminer le meilleur usage possible aux fonds récoltés - s'il y en a.

Mettre les pieds dans le plathon : tenter avec force d'imposer sa propre conception du meilleur usage possible aux fonds récoltés (cf supra).

Origine (non attestée) :
On pense que c'est la rencontre répétée avec Diogène de Sinope (qui occupait une jarre en viager, finalement héritée de Mathusalem) qui inspira un élan de générosité à quelques philosophes contemporains. Ceux-ci entreprirent alors de solliciter la générosité de leurs concitoyens pour réunir une somme suffisante à l'acquisition d'un tonneau neuf.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Réanimateur Vixoun'

avatar

Masculin Nombre de messages : 512
Age : 30
Date d'inscription : 02/11/2006

MessageSujet: Re: Plathon   Sam 8 Mai - 19:47

Peu friant de mot-valise par amour de la complexité plus que par haine de la simplicité, deux termes qui ne sont ni contraires ni opposés (amour et haine ou bien complexité et simplicité ?) je dois avouer que cette brève étymologique su me plaire et si j'en ai le courage, j'aimerai y mettre mon grain de sel.

En plus d'avoir appris que Diogène connaissait le tonneau gaulois six siècles avant son utilisation par l'Empire romain —un véritable visionnaire ce Diogène !— et que les grecs, incontestables « prosochronistes » (oui, « anachronistes », ce serait de notre point de vue), se servaient de la télévision ou du moins d'un système d'instantanéité informative, je me dois de participer à cette pléthore culturelle :

Moi, d'abord, j'aurais dit nom commun... et j'aurais peut-être écrit « Platathon », mais ça aurait un peu perdu de son sens.
Les précédents plathons diffusées sur Λμα III (Lma 3, soit Lanterne magique athénienne, troisième chaîne, le système d'instantanéité informative susnommé) ont vu leurs fonds bien réinvestis, malgré les doutes émis par Snarkhunter. Je vais vous conter l'aventure extraordinaire du philosophe malaimé Yves Paccalet, dit le « penseur écologiste alter-nihiliste ». J'en veux pour preuve le titre d'un de ses ouvrages L’humanité disparaîtra, bon débarras ! que je vous invite à ne pas lire, merci.
La septième édition du plathon servit à financer, outre le livre et la réinsertion bourgeoise du philosophe, un projet qui lui tenait à coeur : sauvez des animaux, du moment que ce ne sont pas des êtres humains.

On sauva donc des singes récemment découvert (oui, maintenant, je fais dans le n'importe-quoi, dans la coagulation temporelle, ou « pegmatochronie ») sur un continent inexploré qu'on nomma du nom de l'émission : les plathorhiniens, nommés ainsi car on avait eu du nez de les sauver —à moins que je ne me trompe ?

Il est à noté la grande région bordant la mer du nord sauvée grâce au troisième plathon qui servit à financer les philosophes flamands : le plathon-pays comme l'appelle les intimes.

La treizième édition du plathon est en manque de causes à secourir. Tout proposition ou suggestion est la bienvenue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://reanimation.discutforum.com
snarkhunter



Masculin Nombre de messages : 72
Age : 52
Où est-ce que t'es ? : Dans la région-parisienne-de-France
Date d'inscription : 08/03/2010

MessageSujet: Re: Plathon   Dim 9 Mai - 11:00

Réanimateur Vixoun' a écrit:
Moi, d'abord, j'aurais dit nom commun...
Sache que je m'étais tout d'abord interrogé à ce sujet. Puis j'ai vérifié, et ai pu constater que "Téléthon" est bien un nom propre. C'est pourquoi j'ai appliqué la même règle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sherwood
Réanimatrice d'O.
avatar

Masculin Nombre de messages : 495
Age : 30
Où est-ce que t'es ? : en équilibre instable
Date d'inscription : 05/11/2006

MessageSujet: Re: Plathon   Dim 9 Mai - 23:14

J'applaudis des deux pieds et je me surbidonne encore du "plathathon", qui me fait penser à un renouveau de la brandade de morue. Ben oui, la morue disparait, il faut utiliser un autre animal pour la mixer avec des patates. Ha, le thon disparait aussi. Bon ben tant pis.

Je pense cependant que le fait de l'inclure dans des expression comme "souffler dans un plathon" (signifiant : s'égosiller en pure perte, dans un milieu de gens qui s'écoutent penser), rend ce nom commun, et non plus propre. En même temps, une fois qu'on a mis les pieds dedans, le plathon n'est plus propre.

L'utilité du plathon me laisse sceptique. En effet, un philosophe ne doit-ils pas passer simplement sa vie à songer ? De fait, à quoi lui servent les commodités matérielles, dont, par sa réflexion intense, il a tôt fait de s'éloigner en les déconsidérant ?

_________________
Ne prenez pas la vie trop au sérieux ; de toute façon vous n'en sortirez pas vivants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poite-la-mirifique.over-blog.fr
snarkhunter



Masculin Nombre de messages : 72
Age : 52
Où est-ce que t'es ? : Dans la région-parisienne-de-France
Date d'inscription : 08/03/2010

MessageSujet: Re: Plathon   Lun 10 Mai - 9:08

Sherwood a écrit:
L'utilité du plathon me laisse sceptique. En effet, un philosophe ne doit-ils pas passer simplement sa vie à songer ? De fait, à quoi lui servent les commodités matérielles, dont, par sa réflexion intense, il a tôt fait de s'éloigner en les déconsidérant ?
Tout d'abord, je te ferai remarquer que je ne me suis jamais servi du terme "utilité" : j'ai simplement parlé de "but".

Et merci de ne pas en déduire que les philosophes sont naturellement doués pour le football !

D'autre part, je ne suis guère d'accord avec toi sur ce dernier point : il me semble au contraire indispensable d'entretenir son physique si l'on souhaite pouvoir continuer à exercer sa réflexion dans des conditions optimales.

C'est d'ailleurs la raison pour laquelle une grande majorité de philosophes pratique régulièrement la "gym plathonic", en soulevant énergiquement toutes les questions existentielles que leur esprit a conçues...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Réanimateur Vixoun'

avatar

Masculin Nombre de messages : 512
Age : 30
Date d'inscription : 02/11/2006

MessageSujet: Re: Plathon   Lun 10 Mai - 18:05

Question Bonne question : peut-on envisager un but sans utilité ou bien chaque fois d'un être humain échafaude un plan ayant une finalité, c'est-à-dire un but, celle-ci à forcement, ne serait-ce que dans l'esprit (même si je rechigne à utiliser ce mot) de son concepteur, une once d'utilité ?

Pour y répondre, il faudrait chercher un contre exemple... Quelle action peut-on imaginer qui serait à la fois choisie volontairement, consciemment par une personne et sans aucune utilité décelable ?
Je n'en trouve aucune... un but défini à donc toujours une utilité plus ou moins évidente.

Pour ce qui est de votre petit débat, j'ai l'impression que vous n'êtes pas d'accord parce que vous ne parlez pas de la même chose : Sherwood se demande « à quoi lui servent les commodités matérielles » et Snarkhunter lui répond qu'il n'est pas d'accord car « il [lui] semble au contraire indispensable d'entretenir son physique ». euh...
A moins de se prendre pour un meuble ou une lampe de chevet, je ne crois pas qu'on puisse confondre commodités matérielles et état physique.
Pour vous répondre indépendamment à l'une et à l'autre :
Arrow Sherwood : un philosophe peut, après réflexion, décider que le confort matériel est le chemin de vie qu'il choisit de suivre. Ce peut être sa philosophie, même si elle me semble, comme à toi, flatter les bas instincts humains, le « matérialisme » au sens vulgaire.
Arrow Snarkhunter : Comme je le disais plus haut, je n'aime pas utiliser le mot « esprit » car il me semble qu'il sous-entend la séparation de celui-ci et du corps, ce que mon « matérialisme » au sens philosophique ne peut admettre. Donc je ne sépare pas le physique et le mental, et je suis donc d'accord avec toi lors que tu dis « il me semble [...] indispensable d'entretenir son physique si l'on souhaite pouvoir continuer à exercer sa réflexion dans des conditions optimales ». J'irai même plus loin : je pense qu'il est obligatoire d'être physiquement en forme pour exercer une réflexion constructive, bien que je ne considère pas le corps comme une entité indivisible —ma conception matérialiste est mécaniste. Je préciserai donc : il faut une bonne santé physique des organes nerveux pour mener une telle réflexion.

Je finirai par un petit jeu de mot auquel je voudrais que vous accordiez moins d'importance qu'à mon exposé précédent (peut-être y as-tu songé, Snarkhunter, vu l'orthographe que tu as utilisé) :
Après la gym plathonique, quoi de mieux que de se raffraîchir à la terrasse d'un café, entre philosophes incompris, pour siroter un bon gin plathonic©, boisson officielle de l'émission dont il est question dans cet article.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://reanimation.discutforum.com
snarkhunter



Masculin Nombre de messages : 72
Age : 52
Où est-ce que t'es ? : Dans la région-parisienne-de-France
Date d'inscription : 08/03/2010

MessageSujet: Re: Plathon   Lun 10 Mai - 21:01

Réanimateur Vixoun' a écrit:
Quelle action peut-on imaginer qui serait à la fois choisie volontairement, consciemment par une personne et sans aucune utilité décelable ?
Je n'en trouve aucune... un but défini à donc toujours une utilité plus ou moins évidente.
Eh bien... le fait que tu n'en trouves aucune ne signifie pas pour autant qu'il n'en existe pas !

De mon côté, je viens de chercher. Je craignais que ce ne fût en fait plus compliqué... mais non ! Deux exemples me sont presque aussitôt venus à l'esprit.

Toutefois, je ne sais si tu les estimeras valides, pour la simple et bonne raison qu'ils appartiennent tous deux à des oeuvres de fiction.

Le premier se trouve dans le chapitre 3 d' "Alice au pays des Merveilles" : il s'agit de cette scène de la course au caucus, laquelle consiste en fait à faire tout et n'importe quoi, selon son bon vouloir.

Et le second, finalement assez proche, dans le film "Le cercle des poètes disparus" : il y a une scène au cours de laquelle le professeur Keating amène ses sélèves dans la cour de l'académie, et leur demande d'y faire... ce qu'ils souhaitent ! Alors que la plupart des élèves, engoncés dans les habitudes et les conventions, "font" des choses appartenant réellement au domaine de l'action, l'un d'eux, sans doute plus libre, prétend au contraire exercer son droit à... l'inaction, en demeurant sur place sans rien faire !

Je pense pour ma part que l'on peut parfaitement percevoir le fait de ne rien faire comme une action particulière, dans un contexte social où il est de bon ton de toujours se montrer actif.

Réanimateur Vixoun' a écrit:
Je finirai par un petit jeu de mot auquel je voudrais que vous accordiez moins d'importance qu'à mon exposé précédent (peut-être y as-tu songé, Snarkhunter, vu l'orthographe que tu as utilisé) :
Après la gym plathonique, quoi de mieux que de se raffraîchir à la terrasse d'un café, entre philosophes incompris, pour siroter un bon gin plathonic©, boisson officielle de l'émission dont il est question dans cet article.
Non, je reconnais que je n'y avais pas pensé, et je t'en laisse donc volontiers la "paternité" - mais c'est plutôt pas mal !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Réanimateur Vixoun'

avatar

Masculin Nombre de messages : 512
Age : 30
Date d'inscription : 02/11/2006

MessageSujet: Re: Plathon   Mar 11 Mai - 8:05

Ha ! ha !
Je l'attendais !

Nous cherchions des actions qui auraient un but mais pas d'utilité, d'après le dictionnaire du CNRTL but : « fin que l'on se propose, intention animant un acte ou motivant une démarche » et utilité : « caractère de ce qui peut être avantageux pour quelqu'un, satisfaire un besoin, répondre à une demande sociale. »

Remettons les pièces du puzzle réflectif en place : Quelle action pourrait posséder une intention, une motivation sans revêtir un caractère avantageux ou satisfaisant pour qui que ce soit ?
Peut-on envisager une quelconque action dont l'intention serait, justement, de ne posséder aucun avantage pour personne sans pour autant présenter la moindre insatisfaction pour d'autre ?

N'est-ce pas nier le principe de causalité qui stipule que pour toute action, il existe une réaction, aussi infime soit-elle ? Ou bien existe-t-il des réactions dont les effets sont négligeables ? Ou bien suis-je en train de jouer sur les différents sens du mot action ?

Les exemples que tu donnes sont des actions qui n'ont pas de but déclaré (à moins que le but soit de faire ce que l'on souhaite, mais ça me semble une contradiction dans le sens ou l'infinité d'intentions envisageables nie toute présence de choix et que la finalité déclarée d'une action est justement un choix opéré dans cette infinité) ; cela ne signifie pas qu'elles n'ont pas d'utilité !
Arrow La course au Caucus ne procure-t-elle pas de la satisfaction, un certain bonheur aux participants ?
Arrow La leçon du professeur Keating (il faut décidement que je vois ce film !) n'a-t-elle pas un aspect pédagogique bénéfique aux étudiants ?

Le kamoulox présenté sur notre site est un jeu dans lequel il est possible de dire tous ce que l'on veut sans restriction et qui n'a pas de but déterminé. Pour avoir jouer avec des amis à ce jeu, je peux affirmer qu'il a une utilité plus qu'évidente : se divertir, passer un bon moment, rire aux éclats ; et puis faire fonctionner son imagination, sa rapidité d'expression, ses capacités humoristiques dans le domaine de l'absurde...

Peut-être faut-il réfléchir dans une autre direction :
Question une action dont le but déclaré serait de faire en sorte que rien ne change aurait-elle une utilité ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://reanimation.discutforum.com
snarkhunter



Masculin Nombre de messages : 72
Age : 52
Où est-ce que t'es ? : Dans la région-parisienne-de-France
Date d'inscription : 08/03/2010

MessageSujet: Re: Plathon   Mar 11 Mai - 9:51

Réanimateur Vixoun' a écrit:

Le kamoulox présenté sur notre site est un jeu dans lequel il est possible de dire tous ce que l'on veut sans restriction et qui n'a pas de but déterminé. Pour avoir jouer avec des amis à ce jeu, je peux affirmer qu'il a une utilité plus qu'évidente : se divertir, passer un bon moment, rire aux éclats...
Oui... je crois que c'est là précisément la nature d'un jeu. Non ?!

En ce qui concerne tout le reste, eh bien... il me semble que la démarche philosophique exige que l'on commence par définir ce que sont le "but" et "l'utilité", sans quoi il est inutile de chercher à déterminer si telle ou telle action (voire in-action) répond correctement à l'un ou l'autre. C'est du moins l'une des leçons que j'ai retenues de mes cours de philosophie en classe de Première !

J'aimais beaucoup le "Kamoulox" : un jeu dadaïste, et parfaitement nonsensique. En tout cas dans sa version télévisée. Car on trouve en effet sur le net un site qui est consacré à ce jeu, mais se contenter de lire des phrases supposées correspondre à une partie devient vite fastidieux.

Je terminerai (pour aujourd'hui) par une dernière question : peut-il y avoir causalité lorsqu'on ignore quel est le lien de cause à effet ? Et c'est là une question importante car elle a de nombreuses implications dans les sciences "dures" aussi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Réanimateur Vixoun'

avatar

Masculin Nombre de messages : 512
Age : 30
Date d'inscription : 02/11/2006

MessageSujet: Re: Plathon   Mar 11 Mai - 22:47

J'ai défini but et utilité dans le premier paragraphe de mon précédent message et je me suis basé sur ces définitions pour développer mon argumentation. Tu as sans doute lu un peu vite car j'ai même mis un lien vers le dictionnaire de référence.

J'allais, dans un deuxième temps, raler contre le barbarisme « Nonsensique » avant de me raviser bien vite : il n'existe effectivement pas de mot en français, ou pas à ma connaissance, qui signifie exactement « qui n'a pas de sens ».
Même « insensé » ou « insane » signifie « qui est dénué ou qui a perdu son bon sens ». « Absurde », quant à lui, se défini comme ce qui paraît manifestement faux, contraire à la raison ou au sens commun.
Il n'empêche que nonsensique me paraît assez laid. Je propose une autre alternative, peut-être moins amusante mais plus plaisante à l'oreille : asensé.

Snarkhunter a écrit:
Je terminerai (pour aujourd'hui) par une dernière question : peut-il y avoir causalité lorsqu'on ignore quel est le lien de cause à effet ?
La question me semble mal posée : le fait d'ignorer le lien n'exclu en rien l'existence de la causalité. Mieux vaudrait-il se demander si le fait de ne trouver, après examen et réflexion, aucune cause à l'effet observé permet d'envisager l'existence d'effets spontanés ; ou dans l'autre sens, s'il peut exister des cas de causalité où l'effet produit est inexistant ou nul.

A mon sens et selon ma conception du monde, il n'existe aucun effet sans cause et aucune cause sans effet. La causalité ne connait pas d'exception.

Mais qu'en est-il du plathon dans notre débat actuel ? Ne vaudrait-il mieux pas créer un nouveau sujet ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://reanimation.discutforum.com
Sherwood
Réanimatrice d'O.
avatar

Masculin Nombre de messages : 495
Age : 30
Où est-ce que t'es ? : en équilibre instable
Date d'inscription : 05/11/2006

MessageSujet: Re: Plathon   Mar 11 Mai - 23:57

Je ne pense pas qu'il faillou ouvrir un nouveau sujet. Ne nous éparpillons pas, et surtout, rappelon-nous que chaque caractère posté sur cette page, c'est une seconde de réflexion octoyée à un philosophe.

Vixounet cherche un exemple de but sans utilité. Ce me semble justement dans l'essence du but que d'avoir une utilité. Le but, c'est "pourquoi". L'utilité, c'est ce qui découle de l'action ; si j'ai bien compris (je cherche toujours à mettre les mots les plus simples possibles pour ne pas m'auto-paumer).

Schématisons :
Action : aller au marché
But : faire les courses
Utilité : manger

Auriez-vous alors des exembles d'utilité sans but préalable ?


Et si, par exemple, en arrivant chez moi j'allume la radio, dans le but de l'écouter, afin de me tenir informée du monde, mais que, ma tête étant embrouillée à ce heure tardive et vaquant à mille occupations à la fois, j'avais omis de pousser le bouton du volume ? J'aurais accompli une action dans un but, mais il n'y aurait aucune utilité puisque l'effet (écouter la radio) n'aura pas lieu.

Ou alors je mélange tout et ne comprends rien, en ce cas je demande une nouvelle explication. Ou des heures de sommeil, si vous en avez à me vendre.

_________________
Ne prenez pas la vie trop au sérieux ; de toute façon vous n'en sortirez pas vivants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poite-la-mirifique.over-blog.fr
snarkhunter



Masculin Nombre de messages : 72
Age : 52
Où est-ce que t'es ? : Dans la région-parisienne-de-France
Date d'inscription : 08/03/2010

MessageSujet: Re: Plathon   Mer 12 Mai - 10:44

Réanimateur Vixoun' a écrit:
J'allais, dans un deuxième temps, raler contre le barbarisme « Nonsensique » avant de me raviser bien vite : il n'existe effectivement pas de mot en français, ou pas à ma connaissance, qui signifie exactement « qui n'a pas de sens ».
Même « insensé » ou « insane » signifie « qui est dénué ou qui a perdu son bon sens ». « Absurde », quant à lui, se défini comme ce qui paraît manifestement faux, contraire à la raison ou au sens commun.
Il n'empêche que nonsensique me paraît assez laid. Je propose une autre alternative, peut-être moins amusante mais plus plaisante à l'oreille : asensé.
J'ai bien failli te donner raison... et finalement, non !
Parce que je trouve au contraire que "absurde" est bien le terme qui sied au sens. Pour moi, il ne désigne pas ce qui est faux, mais bien "ce qui est dénué de sens" (voir ici, ou même ).

Cela dit, je reconnais que "non-sensique" n'est pas très élégant : ce n'est que la transposition phonétique de l'anglais. Faute d'un terme précis dans la langue française pour exprimer le concept, on s'est contenté de prendre celui qui existait déjà chez nos voisins. Et n'oublions surtout pas que ce sont des auteurs anglais qui ont inventé ce procédé littéraire (si je me souviens bien, Edward Lear, puis Lewis Carroll).

Le nonsense serait en fait le procédé du syllogisme, appliqué à la littérature : on part d'un postulat erroné (dont la fausseté fondamentale est délibérément ignorée), puis on conduit un raisonnement logique rigoureux. Ce qui nous amène logiquement à une conclusion tout aussi erronée : erronée, mais logique !

Sherwood a écrit:
... je demande une nouvelle explication. Ou des heures de sommeil, si vous en avez à me vendre.
Je n'en ai pas. Mais l'un des principes fondateurs de la magie dans "Rêve de Dragon" est justement Hypnos. Alors tu vois : une raison de plus pour que tu t'intéresses à ce jeu !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Réanimateur Vixoun'

avatar

Masculin Nombre de messages : 512
Age : 30
Date d'inscription : 02/11/2006

MessageSujet: Re: Plathon   Jeu 13 Mai - 15:29

Sherwood, tu définis l'utilité comme « ce qui découle de l'action », mais je pense que ce n'est pas tout à fait exact. L'utilité, c'est l'avantage, la satisfaction qui découle de l'action.

Sherwood a écrit:

Auriez-vous alors des exembles d'utilité sans but préalable ?
C'est ce que nous a donné Snarkhunter dans un précédent message : la course au Caucus ou la leçon du professeur Keating.

L'exemple que tu donnes avec l'allumage de la radio m'a d'abord pris de court, puis je me suis rendu compte qu'il était fallacieux : le but déclaré de l'action ne peut mener à son utilité éventuelle que si l'action elle-même est réalisée. Allumer la radio dans le but de l'écouter impose intrinsèquement que le volume soit assez fort. L'action n'a pas été accomplie.

Snarkhunter, je te donne raison pour l'emploi de « non-sensique » en nuançant cependant : cette définition s'applique à un genre littéraire, traduit en français par absurde.
En philosophie, dans l'existentialisme, absurde est utilisé « pour caractériser ce qui est dénué de tout sens préétabli » nous dit la wikipédia à laquelle j'accorde peu de crédit.

Définitions d'absurde :
Arrow Dictionnaire encyclopédique Quillet 1946, vol.1 sur 8 : « Sourd à la raison ; qui est contre le sens commun. Proposition absurde. Conduite absurde. » « Qui parle ou agit déraisonnablement. Un homme absurde. »
Arrow Littré 1874, réimpression 1967, vol.1 sur 3 : « Qui est contre le sens commun. Tomber dans l'absurde. » « Qui parle ou agit contre le sens commun. »
Arrow Gran Diccionario de uso del Español Actual, SGEL, 2001 : « Se aplica a todo aquello con lo que no se está de acuerdo por ser disparatado, contradictorio o contrario a lo que es lógico o cabe esperar. También se dice de las personas que defienden o practican ese tipo de ideas o actividades: sus palabras eran absurdas y locas. ¡Por favor, no seáis absurdos! » « Cosa, argumento, idea o actividad que resulta o es lógicamente contradictoria o disparatada: Hablar del valor sin sujeto es un absurdo. » « LIT. corriente literaria del siglo XX, especialmente teatral, que intenta representar la ausencia de un proposito definido en la existencia humana mendiante la recreacion de escenas sin sentido y, en ocasiones, comicas: El teatro del absurdo en los años 50. »
Arrow Larousse du XXe siècle, 1928, vol.1 sur 6 : « contraire à la raison, au sens commun, insensé : raisonnement absurde. » « ENCYCL. Philos. On appelle absurde toute idée renfermant une contradiction interne [...] et tout jugement qui contredit une vérité logiquement nécessaire. »
Arrow Le petit Larousse illustré, 1999 : « Contraire à la logique, à la raison. » « PHILOS., LITTER. L'absurde : l'absurdité du monde et de la condition humain [chez les existencialistes] qui n'apparaît justifiée par rien. Philosophie, théâtre de l'absurde. »

Oui donc, en littérature, l'absurde est la traduction du nonsense anglais, mais ça restreint pas mal le champ d'emploi du terme. En philosophie, les existentialistes l'utilisent pour définir l'absence de sens du monde et de l'humanité, mais ce serait trahir cette définition que de l'utiliser pour toute action, jusqu'à la plus basique.
En soumettant le problème à mon entourage en ces termes : « quel mot pourrait avoir la définition exacte de "qui n'a pas de sens", l'adjectif absurde nous posant problème ? », je me suis entendu répondre qu' « assensé » serait le néologisme le plus adapté. La personne qui m'a répondu cela n'a jamais visité ce forum.

La seule issue envisageable pour l'instant à la question de savoir si une action peut avoir un but, un sens, mais pas d'utilité me semble celle énoncée précédemment :
une action dont le but déclaré serait de faire en sorte que rien ne change aurait-elle une utilité ?

C'est pas ça, la politique de conservation ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://reanimation.discutforum.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Plathon   

Revenir en haut Aller en bas
 
Plathon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lettre de réanimation :: Dictionnaire Réanimé - Diccionario Reanimado :: Lettre P-
Sauter vers: